Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voix Africaine

Voix Africaine

Le Griot des Etats Unis d'Afrique

Nnimmo Bassey : être écologiste en Afrique...

Nnimmo Bassey : Les questions environnementales en Afrique sont un sujet compliqué. Parce que tout affecte notre environnement : les politiques économiques, les activités liées à la mondialisation, la coopération internationale, la dépendance aux énergies fossiles. Tout cela a un impact sur la manière dont nous considérons la question environnementale. Mais en fait, nous n’avons jamais considéré cette question comme isolée. Elle est reliée à beaucoup d’autres enjeux tout en étant centrale dans nos vies, aussi bien d’un point de vue individuel que collectif. C’est un sujet très important, même au niveau du discours politique. Quand on regarde en arrière, de la période pré­-coloniale à la période post­-coloniale, la plupart du temps, on constate que ce qui provoque les dommages environnementaux vient de l’extérieur. C’est ce qui rend très pertinents les concepts de « défense environnementale », « défense écologique » et « justice environnementale ».

.................

Si nous voulons sauver la planète d’un réchauffement climatique dramatique, les combustibles fossiles doivent rester sous terre. La « fossilisation » de la civilisation est en train de tout détruire et de dégrader le climat. Dans le Delta du Niger, où l’on extrait du pétrole depuis une cinquantaine d’années, on assiste à une dégradation constante de l’environnement : disparition des moyens de subsistance, de l’eau potable, perte de terres cultivables. Cette activité a beau rapporter des revenus importants au gouvernement, mais elle n’améliore pas la vie des Nigérians car elle empêche le développement d’activité économique pour les populations locales. Le plus important en Afrique demeure cependant l’accès à l’énergie. Car on pourrait avoir l’énergie la plus renouvelable qui soit, mais si personne n’y a accès, c’est tout aussi problématique. Les Africains préfèrent avoir une énergie propre, mais encore faut-il qu’ils y aient accès. Or, la tendance est à la privatisation des sources d’énergies dont le contrôle passe du public aux investisseurs privés. Et on revient ainsi à des questions de manque de démocratie, de transparence…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article