Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voix Africaine

Voix Africaine

Le Griot des Etats Unis d'Afrique

Les migrants, ces petits riens qui n’existent pas

Les migrants, ces petits riens qui n’existent pas

Pour rendre hommage à Aylan et à tous les oubliés disparus en silence, dans les abîmes de la Méditerranée, Terra eco a choisi de publier ce poème d'Eduardo GALEANO.

Nous voulions vous le partager:

LES RIENS

Les puces rêvent de s’acheter un chien et les riens rêvent de ne plus être pauvres. Ils rêvent d’un jour magique où la chance tomberait du ciel, en une pluie drue ; mais la chance n’est pas tombée hier, elle ne tombera pas aujourd’hui, ni demain, ni jamais, pas même en petite bruine. Les riens ont beau la réclamer, leur main gauche a beau leur démanger, ils peuvent toujours se lever du pied droit ou commencer l’année avec un balai neuf.

Les riens : enfants de personne à qui rien n’appartient.

Les riens : les aucuns, les inexistés, ceux qui courent en vain, ceux qui se tuent à vivre, les mal pris, éternellement mal pris :

Qui ne sont pas, même s’ils sont.

Qui ne parlent pas un langue, mais un dialecte.

Qui n’ont pas de religion, mais des superstitions.

Qui ne sont pas artistes, mais artisans.

Qui n’ont pas de culture, mais un folklore.

Qui ne sont pas des êtres humains, mais des ressources humaines.

Qui n’ont pas de visage, mais des bras.

Qui n’ont pas de nom, mais un numéro.

Qui ne figurent pas dans l’histoire du monde, mais dans les pages des faits divers...

Eduardo GALEANO

Source: Terra eco

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article